Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2006 7 02 /04 /avril /2006 22:13

Si j'ai un cours après le sport, je ne fait jamais de devoir. Ils dorment ou sont agités comme des puces, dans tout les cas, le devoir sera presque sûrement une catastrophe.

J'essaye de ne jamais mettre de devoir sur table à la rentrée des vacances, c'est toujours ou presque un échec.

Reporter un devoir:

je ne dit pas systématiquement non. Il peut y avoir de véritable raison.
  • Si j'ai oublié qu'ils avaient EPS avant j'accepte.
  •  
  • Quand une classe me demande de reporter parce qu'il n'ont pas bien compris le chapitre, par expérience j'ai remarqué que c'était vrai. De toute façon, je suis presque sûr qu'ils se mettent dans l'état d'esprit d'échouer.
  • En général, mais cela dépend de la classe, de mon état d'avancement et des possibilités je refuse de reporter un devoir parce qu'ils ont un autre devoir dans une autre matière.
  •  
  • Sachez que cela peut être très utile pour vous mettre bien avec une classe difficile. Il m'arrive même de prévoir à l'avance une demande de report ou même de le proposer. Mais attention si vous le faites systématiquement vous obtiendrez le contraire.
  •  
  • Je ne reporte jamais un devoir les veilles de vacances.

Le copiage:

Ma première année d'enseignement je suis tombé sur une élève d'assez bon niveau mais copieuse, je ne l'ai jamais remarqué durant les devoirs mais toujours en comparant avec la copie de sa voisine. Je l'ai donc collé une heure. La mère ne l'a pas accepté et j'ai eu une séance avec elle qui fut très pénible. L'élève a recommencée plusieurs fois et à chaque fois il y avait une crise.

Quand vous accusez des élèves de tricheries en vous fondant sur les copies, attendez vous toujours à une discussion désagréable. J'ai donc décidé d'arrêter toutes agressions sur le copiage, de toute façon la tricheries au niveau du lycée ne leur sert que très rarement. Il fallait donc que je trouve une méthode efficace et qui satisfasse tout le monde. Et surtout moi !!!

Voici donc ma méthode. Je préviens avant les contrôles que je ne ferai aucunes remarques si je détecte des copieurs, mais je sacquerai les deux élèves fautifs. Attention je ne leur en dit pas plus.

Si je trouve deux copies identiques de deux voisins, je sacque les copies, il y a toujours de très bons arguments pour mettre une mauvaise note, et surtout je met exactement les même remarques et les même notes sur les deux copies. C'est parfois absurde mais cela peut devenir très amusant. En général si les élèves sont moyens voir mauvais, ils ne le remarquent pas ou n'interviennent pas, je ne peux pas savoir. En rendant les copies à la classe, je fait un petit commentaires sur le fait qu'ils existent des copieurs dans cette classe que j'ai tout naturellement saqués, histoire de culpabiliser les élèves concernés. Cela devient intéressant quand les élèves remarquent qu'ils ont été saqués.

      Deux copieurs sont venus une fois me voir pour me dire qu'ils n'avaient pas copié. cela donnait grossièrement le dialogue suivant:

    • Monsieur, on venait vous dire qu'on avait pas copié
    • Qui vous a dit ça ?
    • Ben.. C'est vous monsieur, vous avez écrit la même chose sur les deux copies
    • Vous m'étonnez.
    • Mais si regardez.
    • Alors là, c'est vraiment incroyable.
    • Mais on a pas copié
    • Je n'ai jamais dit cela.
    • Mais…

        Ce fut très difficile de ne pas rire.

Voici un autre cas un peu particulier mais extrêmement rare.

Une collègue a eu un problème avec un élève qui, semble-t-il n'avait pas rendu sa copie, malheureusement elle ne s'en est rendue compte qu'en rentrant chez elle. L'élève en question est connu comme le loup blanc et cette collègue n'était pas du genre à perdre une copie. Elle s'est dit que l'élève était absent ce jour là, elle ne l'a pas remarqué et a oublié de le noter absent. Dans ce genre de situation je rends les copies sans faire remarquer que je n'ai pas la copie en question. Je n'ai jamais eu de remarques. Mais malheureusement pas ma collègue, le jour du rendu des copies, l'élève est arrivé en demandant sa copie qu'elle n'avait évidemment pas. Elle lui a donc dit qu'elle l'avait corrigé et qu'elle devait être quelque part chez elle. Le lendemain l'élève revient à l'attaque en réclamant sa copie. Ma collègue lui dit alors qu'elle ne l'avait pas retrouvé mais qu'elle avait inscrit sa note sur son ordinateur et qu'il avait 5 sur 20. L'élève lui dit alors:" Ce n'est pas possible….", avec un air de celui qui s'est fait roulé dans la farine. Il lui a réclamé quelques fois sa copie mais cela semblait plus pour la forme.

Si cela arrive, je peux aussi rendre les copies en retard. Ils peuvent oublier. Ou les rendre quand l'élève en question n'est pas là. Les absences font souvent partie du quotidien de ce type d'élève roublard.

Quand ils se sentent en danger, la mauvaise foi est l'arme des élèves qui fait le plus de ravage chez les professeurs. Certain élèves sont tellement grossiers dans leur mauvaise foi que je les soupçonne de croire ce qu'ils disent. Je n'ai pas trouvé d'autre moyen que d'être d'encore de plus mauvaise foi qu'eux pour retourner la situation à mon avantage et de les placer face à leurs contradictions. Essayez d'être autoritaire, les renforce dans leur conviction d'être dans leur bon droit, surtout s'il détecte la moindre pointe de doute chez le professeur.

La surveillance:

Si il y a un truc vraiment chiant c'est vraiment ça

Sachez que si jamais vous commencez à répondre aux questions des élèves pendant un devoir vous risquez de passer votre temps à le faire. Je suis parfois trop bon et je ne peux pas m'empêcher de les aider un petit peu mais c'est assurément une très mauvaise méthode car je n'aimerai pas qu'ils aient un sentiment d'injustice alors je réponds, dans la mesure du possible, à toutes les questions et cela devient parfois infernale.

Quand je suis de mauvaise humeur, je leur dit qu'ils ont dix minutes pour répondre aux questions. Quand les dix minutes sont passés j' écris au tableau "PLUS DE QUESTIONS" et je m'assois. Assurément, il y aura toujours un élève qui ne comprend pas la consigne et veut absolument poser une question. Il me suffit de montrer le tableau. On se demande parfois si certains savent lire. Très souvent "Combien de temps nous restent-ils ?" ou "Quel jour sommes nous ?" ne sont pas des questions.

Méfiez vous de l'échange de matériel entre élève, cela peut devenir une source de désordre innommable. J'interdis tout échange de quoi que ce soit. Je leur dit bien que cela n'est pas pour la tricherie mais pour ne pas se déranger les uns les autres.

La grande injonction qu'on peut entendre c'est: "Je me suis trompé, il me faut du blanc absolument cela va être sale". Je leur répond "barrez". Ils répondent "Mais cela va être sale". Je leur réponds "non c'est le blanc qui est sale, barrez"

Pour certaines classes agitées, je suis plus radical et je mets des points en moins pour les retournements, les petits mots, les bavardages et surtout l'échange de matériel qui est proscrit. Je faits très attention à respecter scrupuleusement cette règle sinon cela recommence au devoir suivant. Si j'ai des scrupules à enlever des points à un élève déjà faible, je remonte la note de la quantité que je dois enlevé. Si vous faites croire à un élève qu'il est passé de 10 à 8 à cause de son comportement pendant un devoir surveillé, je peux vous assurer qu'il ne mouftera pas au suivant.

La correction

Je ne met jamais le détail des points par question, uniquement par exercice. Sinon cela peut devenir une source de discussion sans intérêt. J'avoue que l'aspect pédagogique est limité mais j'essaye de détailler dans la mesure du possible les remarques sur la copie. Je n'ai jamais eu de problème de "note injuste" avec ce système. C'est paradoxal car cela ouvre beaucoup plus d'arbitraire dans la notation.

De toute façon, je me laisse le droit de mettre la note que je veux suivant l'élève.

Il y a des barrières psychologiques non négligeables. On peut grossièrement appliquer les règles suivantes mais chaque élève peut avoir une échelle différente. Il faut donc l'adapter au caractère de l'élève.

 

Entre 0 et 5 Vous êtes nul

Entre 5,5 et 7,5 Vous n'êtes pas bon

entre 8 et 9 Vous n'êtes pas bon mais il y a de l'espoir

9.5 Si vous aviez travaillé un peu plus vous auriez la moyenne

10 Vous avez la moyenne mais vous pouvez basculer de n'importe quel coté

10.5 Si vous aviez travaillé un peu plus vous seriez un bon.

Entre 11 et 13.5 Vous êtes bon

14 ou 14.5 Vous êtes très bon

Plus de 15 Vous êtes excellent

J'aime beaucoup la puissance symbolique du 8,5 du 9,5 et du 10,5. Je peux mettre aussi des quarts de point pour renforcer mon discours. Imaginez l'impact d'un 9,75 sur un élève moyen orgueilleux ou d'un 10,75 sur un bon élève. J'utilise plus rarement le 9,25 ou le 10,25 qui ont le même effet qu'un 9 ou un 10. Donnez un 9,75 ou un 10,75, vous avez toutes les chances pour que l'élève viennent vous voir pour qu'on arrondisse leur note. Pourtant mathématiquement 0,25 points ne peuvent pas réellement influer sur la moyenne finale mais psychologiquement c'est énorme. Vous comprendrez après pourquoi les prix sont toujours de l'ordre du 9 Euros.

Vous aurez compris que je ne crois pas au caractère objectif d'une note. Pourtant la plupart des gens pensent que la notation des copies de mathématiques serait la plus objective de toutes les disciplines.

Je ne corrige presque jamais un devoir en cours. ils ont toujours une correction polycopiée à la sortie du devoir. Essayez de corriger un long devoir en cours, cela s'appelle une partie de non plaisir pour le professeur et les élèves. Si je n'ai pas de polycopié, je corrige par petit bout mais j'ai remarqué que c'était rarement aussi efficace que le polycopié à la sortie du devoir sur table.

Je rends les copies le plus rapidement possible. Je n'appréciais pas que mes professeurs mettent un mois pour me rendre ma copie. Je ne crois pas que de ce coté là, les élèves de maintenant soient différent des élèves d'avant.

Les appréciations:

Je suis un peu flemmard sur cette aspect là. Je n'y ai jamais réfléchis sérieusement. C'est un gros défaut.

Surtout je ne mets jamais d'appréciation désobligeante. Je l'ai fait une fois sans m'en rendre compte, c'était un acte manqué car je n'appréciais pas l'élève en question. Ce fut le cauchemar.

Le rendu des copies:

Il y a longtemps que j'ai abandonné le rendu de copie en début de cours, ce qui serait plus pratique pour gérer le temps. Chaque fois que j'ai voulu revenir à un rendu en début de cours, un conflit désagréable a éclaté, pas forcément sur le premier devoir ou le deuxième ou le troisième…mais c'est toujours arrivé.. Ce sont les pires conflits que j'ai pu avoir, à chaque fois ils ont gâché ma relation avec la classe. Il m'arrive d'y revenir vers le mois de mai quand je suis sûr de la confiance que j'ai instauré.

En début d'année, les élèves sont sur la défensive et en début de cours ils sont en état d'excitation, surtout si vous leur rendez une copie avec une note. Ils veulent de toute façon tout, tout de suite, parfois rien ne peut les arrêter. Le cours commence, ils continuent à lire leur copie et il est difficile de leur faire rentrer leur papier. Si jamais un élève n'est pas content, il est acteur face à l'auditoire de ses camarades, il faut donc qu'il assure. C'est là que tout peut dégénérer.

Le rendu en fin de cours crève dans l'œuf la plupart de ces potentiels conflits. Et s'il y a conflit, il ne déborde pas sur le temps du cours ni sur la classe car c'est un tête à tête où le pouvoir m'appartient entièrement. Ils ne joueront jamais au coq à ce moment là. Je ne me rappelle d'ailleurs pas avoir eu de véritable conflit depuis que j'utilise le rendu en fin de cours.

Pour certaines classes je ne dis même pas que j'ai les copies car les élèves peuvent être insistant et vous pouvez perdre un temps précieux en "Mais m'sieur…On pourra pas travailler…on va penser qu'à ça…etc.". S'ils me demandent si j'ai les copies je dit "Non!". Je gagne sur deux tableaux quand je rends leur travail. Je n'ai pas perdu de temps d'explications ou de négociations sur le fait que je rendrais les copies plus tard et ils sont impressionnés; je ne suis pas sur de vraiment comprendre pourquoi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Courtois jerome - dans conseils
commenter cet article

commentaires

Ferdinand 24/08/2016 14:10

Je trouve intéressante votre manière de procéder avec les élèves en ce qui concerne les compte-rendus des devoirs. J'apprécie parfaitement votre stratégie qui consiste à remettre les copies en fin de séance et dans un bref délai. Merci d'avoir partagé votre expérience avec nous!

Présentation

  • : le blog conseil-de-prof
  • : Conseils, trucs et astuces d'enseignant experimenté pour enseignant débutant
  • Contact

Un vieux professeur

Conseils, trucs et astuces pour professeurs débutants

  J'étais professeur de mathématiques dans un lycée qu'on appellerait un "Lycée Sensible". On y trouvait des problèmes de violence (finalement assez rare comparé à ce qui peut s'entendre), de niveau, de travail et d'absentéisme. Je suis maintenant dans un lycée "prestigieux" du centre de Paris. Booh, finalement les adolescents restent des adolescents.
    Je ne pense pas être un professeur excellent, j'ai choisi ce métier parce que j'aime les mathématiques, les élèves et les vacances. J'essaye de faire mon métier honnêtement. Je n'ai pas l'intention d'être un innovateur en matière de pédagogie, j'ai d'autres choses à faire.
    J'ai choisi de faire un petit inventaire des trucs qui m'ont permis de devenir un professeur convenable en lycée difficile. Je ne ferais pas de commentaires didactiques, ce n'est pas le propos. Je ne pense pas que mes propositions représentent un remède miracle. Elles peuvent ne pas convenir à d'autres. Parfois certains trucs conviennent à un moment et pas à un autre. Il faut les tester et les comprendre.
    
Je conseille avant tout chose une lecture qui m'a beaucoup aidé dans ma relation avec mes élèves: "L'art d'avoir toujours raison" de Schopenhauer. Je rends aussi honneur à Catherine Henri qui a écrit "De Marivaux et du loft", une collègue de français qui a une conception de l'enseignement qui ressemble beaucoup à la mienne.

Recherche