Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2006 7 02 /04 /avril /2006 22:41

Au début de l'année, tous les élèves passent au tableau. Après je fais une sélection. Tout le monde perd du temps avec un élève qui écrit comme une tortue. Certains ne supportent pas de parler en public. Je n'oublie pas que ce sont des adolescents souvent mal dans leur peau. Les non francophones peuvent être très mal à l'aise. Il y a les clowns qui profitent qu'ils ont un auditoire, cependant ils peuvent être aussi très efficaces pour faire comprendre des choses que je n'ai pas réussies à faire passer.

Je n'humilie jamais un élève au tableau. S'il n'a pas fait son travail, il retourne à sa place avec des points en moins sur la moyenne.

J'essaye toujours de les rassurer. Si un élève ne veut pas passer au tableau parce qu'il n'a pas réussi son exercice. Je lui demande s'il a essayé, et s'il me montre son cahier pour me le prouver, je lui dit que lui, il est plus intéressant qu'un élève qui a réussi son exercice. Je leur répète régulièrement que l'important n'est pas de trouver mais de chercher. Mais attention pour chercher il faut écrire. Il est très difficile de leur faire accepter ça. Certains flemmards essayent l'argument du "Je ne peux pas écrire n'importe quoi !", avec moi cela ne marche pas. Je prends toujours la classe à témoin.

Au tableau, je préfère un élève qui n'a pas réussi. Il montre ce qu'il ne faut pas faire et retiendra définitivement la méthode.

Très souvent un élève croit ne pas avoir réussi. Dans bien des cas, j'ai des surprises. Cela en dit parfois très long sur leur manque de confiance.

Gabriel ne veut pas passer au tableau, il pense qu'il s'est trompé sur un exercice sur les coordonnées de vecteurs. Il finit pourtant par passer au tableau et fait son exercice correctement avec une méthode que je n'avais pas préconisée au cours précédent mais avec une méthode utilisée le mois d'avant. Il n'arrêtait pas de se dévaloriser en écrivant l'exercice au tableau. "mais non c'est pas ça!…Je n'utilise pas la bonne méthode…Je me suis trompé"

Je remercie l'élève à la fin. . Je mets des points en plus, que l'exercice soit réussi ou non.

Je laisse l'exercice se terminer entièrement même et surtout s'il y des erreurs. Nous corrigeons avec la classe l'exercice.

Un inspecteur qui était présent le jour où un élève passait au tableau sur un exercice de factorisation avait rempli son cahier de note parce que l'élève faisait de nombreuses erreurs que je ne corrigeais pas. Quand j'ai corrigé les erreurs avec la classe entiére, il a barré toutes ses notes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Courtois jerome - dans trucs
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog conseil-de-prof
  • : Conseils, trucs et astuces d'enseignant experimenté pour enseignant débutant
  • Contact

Un vieux professeur

Conseils, trucs et astuces pour professeurs débutants

  J'étais professeur de mathématiques dans un lycée qu'on appellerait un "Lycée Sensible". On y trouvait des problèmes de violence (finalement assez rare comparé à ce qui peut s'entendre), de niveau, de travail et d'absentéisme. Je suis maintenant dans un lycée "prestigieux" du centre de Paris. Booh, finalement les adolescents restent des adolescents.
    Je ne pense pas être un professeur excellent, j'ai choisi ce métier parce que j'aime les mathématiques, les élèves et les vacances. J'essaye de faire mon métier honnêtement. Je n'ai pas l'intention d'être un innovateur en matière de pédagogie, j'ai d'autres choses à faire.
    J'ai choisi de faire un petit inventaire des trucs qui m'ont permis de devenir un professeur convenable en lycée difficile. Je ne ferais pas de commentaires didactiques, ce n'est pas le propos. Je ne pense pas que mes propositions représentent un remède miracle. Elles peuvent ne pas convenir à d'autres. Parfois certains trucs conviennent à un moment et pas à un autre. Il faut les tester et les comprendre.
    
Je conseille avant tout chose une lecture qui m'a beaucoup aidé dans ma relation avec mes élèves: "L'art d'avoir toujours raison" de Schopenhauer. Je rends aussi honneur à Catherine Henri qui a écrit "De Marivaux et du loft", une collègue de français qui a une conception de l'enseignement qui ressemble beaucoup à la mienne.

Recherche