Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2006 6 06 /05 /mai /2006 10:04
L'humour est un outil très puissant pour obtenir l'écoute, le respect ou pour désarçonner une situation pénible. Mais attention il faut le manier avec délicatesse.
 
Le second degré:  il est très dangereux de l'utiliser avec les élèves, ils le comprennent rarement car ils sont souvent sur la défensive.
 
Une fois j'ai dit à un très bon élève, qui avait très bien réussi son devoir et qui me demandait sa note, qu'il avait 5 sur 20. Il s'est mis à pleurer
 
Les clowneries : Je pense être assez bon dans ce type d'humour mais attention à ne pas en abuser faute de perdre l'écoute et le respect. J'ai entendu une fois des élèves dire "il est ouf le prof" après que je me sois déchaîné.
 
Les jeux de mots : Je n'y connais rien mais je connais des collègues qui ont un très grand succès auprès des élèves.
 
 Les vannes: vous rentrez ici dans le terrain de prédilection des élèves. C'est extrêmement efficace pour stopper un élève pénible ou bavard ou pour le culpabiliser quand il ne travaille pas. Cela n'est utilisable qu'avec une classe ou un élève dont j'ai la confiance, et là attention si vous tombez sur plus fort que vous. Le piège peut se retourner contre vous. Si vous les vannez, ils vous vanneront.
 
L'auto-dérision :Très efficace quand un élève vous dit que vous êtes trop dur. Rajoutez en: "Je suis même méchant et vicieux". Cela évite de justifier votre sanction et cela coupe toute conversation. Un professeur peut être fortement déstabilisé par des affirmations du genre : " C'est injuste !!" . On ne doit surtout pas essayer de répondre à ce type de propos qui sont infantiles. Rajoutez en: "Tu as raison, je suis même un dictateur dont tu es la victime".
 
Les blagues: Je dois les raconter très mal, je fais toujours un bide
 
Une situation cocasse:
 
Quand j'étais élève de troisième, nous avions une professeur de latin qui avait un long nez. Cela arrive et je ne me souviens pas d'une laide femme. Mais je me rappellerais toujours d'un cours avec un grand soleil qui traversait la salle dans l'axe du tableau. Chaque fois qu'elle se mettait de profil, l'ombre de son nez s'allongeait démesurément. Et chaque fois c'était l'hilarité générale. Je voyais cette femme se décomposer et personne ne lui expliquait ce qui se passait. La classe s'est retrouvée collée en fin de journée.
 
Quelle angoisse!!
 
Il arrive qu'un élève, une partie de la classe, ou la classe entière se prennent d'un fou rire inexplicable. Leur réponse, quand on leur demande ce qui se passe, est toujours "Rien !!" mais cela peut malheureusement continuer. Il y a de quoi tomber dans la paranoïa. Maintenant quand cela arrive, je leur demande si ma braguette est ouverte en regardant mon entrejambe. Ils éclatent de rire un bon coup et souvent un élève me dit que cela n'est pas à mon sujet qu'ils rigolent et je finis par savoir le fin mot de l'histoire. Cette idée m'est venue un jour où j'avais vraiment la braguette ouverte.
 
Le décalage : C'est plus pour vous faire plaisir. Mais si les élèves comprennent le jeu, ils essayeront de détecter tout vos effets et seront plus à l'écoute.
 
"Si vous résolvez 2x+3 = 0, Thomas enlève tes pieds de la chaise, vous obtenez, x = –1,5. Avec f(x) =k(k'x²+1)/(x²+1). Si k' "c'est fini" égal à 1 alors f est une fonction constante".
On m'a demandé recemment quelle était le décalage dans k'  "c'est fini". Je me suis senti un peu vieux. C'est une chanson d'Hervé Vilard qui a eu beaucoup de succès dans les années 60 et 70: "Capri, c'est fini, et dire que c'était la ville de mon premier amour...".
Les lapsus : Il y en a toujours et cela peut faire rire beaucoup. Je me corrige rarement, je les laisse rire ou je ris avec eux. Les lapsus ont l'avantage de montrer aux élèves que nous sommes des humains ordinaires. Cela détend l'ambiance et ils retiennent souvent la leçon grâce à ce petit événement.
 
La vulgarité: à proscrire

Partager cet article

Repost 0
Published by Courtois jerome - dans trucs
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog conseil-de-prof
  • : Conseils, trucs et astuces d'enseignant experimenté pour enseignant débutant
  • Contact

Un vieux professeur

Conseils, trucs et astuces pour professeurs débutants

  J'étais professeur de mathématiques dans un lycée qu'on appellerait un "Lycée Sensible". On y trouvait des problèmes de violence (finalement assez rare comparé à ce qui peut s'entendre), de niveau, de travail et d'absentéisme. Je suis maintenant dans un lycée "prestigieux" du centre de Paris. Booh, finalement les adolescents restent des adolescents.
    Je ne pense pas être un professeur excellent, j'ai choisi ce métier parce que j'aime les mathématiques, les élèves et les vacances. J'essaye de faire mon métier honnêtement. Je n'ai pas l'intention d'être un innovateur en matière de pédagogie, j'ai d'autres choses à faire.
    J'ai choisi de faire un petit inventaire des trucs qui m'ont permis de devenir un professeur convenable en lycée difficile. Je ne ferais pas de commentaires didactiques, ce n'est pas le propos. Je ne pense pas que mes propositions représentent un remède miracle. Elles peuvent ne pas convenir à d'autres. Parfois certains trucs conviennent à un moment et pas à un autre. Il faut les tester et les comprendre.
    
Je conseille avant tout chose une lecture qui m'a beaucoup aidé dans ma relation avec mes élèves: "L'art d'avoir toujours raison" de Schopenhauer. Je rends aussi honneur à Catherine Henri qui a écrit "De Marivaux et du loft", une collègue de français qui a une conception de l'enseignement qui ressemble beaucoup à la mienne.

Recherche