Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 17:57

Je vais tenter de retranscrire un dialogue que j’ai eu avec un parent dont le fils est dans l’école de ma fille. Sa fille est au collége.

- Ah ! Tu es prof de maths, est ce que tu fais du soutien. Ma fille a besoin de soutien en mathématiques.
- Non, je ne fais pas de soutien ! Mais pourquoi a t-elle besoin de soutien ?
- Elle n’est pas très bonne en maths.
- Ah bon ! Je la croyais sérieuse à l’école.
- Oui elle est sérieuse mais je trouve qu’elle n’est pas très bonne.
- Elle s’entend mal avec son prof de maths.
- Non, non, tout va bien. Il est d’ailleurs super, je ne pensais pas en voir des comme ça dans les écoles françaises.
- Elle a quelles notes ?
- 13, 14 de moyenne.
- Hein ! Pourquoi veux-tu qu’elle ait du soutien ?
- Je ne la trouve pas bonne.
- Je ne comprends pas, tu penses que le prof la surnote ?
- Non !
- Alors je comprends de moins en moins.
- J’ai l’impression qu’elle n’est pas bonne dans l’abstraction.
- . . . 

Vous dire pourquoi, il pensait cela, je ne saurais pas le dire. Car j’avais surtout compris qu’il était très inquiet du niveau de sa fille et mon reflexe a été de lui dire :

" Laisse ta fille tranquille, tu risque de l’inquiéter plutot que de l’aider ! ".

Il me raconte ensuite une anecdote qui lui est arrivé chez un libraire. Il demande au libraire ce que sa fille pourrait lire d’un peu plus sophistiqué que ses lectures habituelles. Le libraire s’emporte en lui disant de laisser sa fille tranquille. Elle lit ; c’est déjà plus qu’il ne pourrait en avoir avec d’autres enfants.


Partager cet article

Repost 0
Published by Courtois jerome - dans La famille et la maison
commenter cet article

commentaires

anonyme 23/09/2011 17:36



Merci pour tous ces conseils. J'essaie actuellement de devenir "professeur contractuel" et cela me sera très utile si j'y arrive.


Encore Merci.



LaMiisssKetuurr 07/09/2011 16:29



j'ai jamais bcp aimé les profs --' sauf au collège quelque un là depuis quelque jours je suis au lycée (dans un lycée très calme très travailleur) et les prof je les hais !! ils essayent tous de
me clacher pour rien exemple je dis m.X (prof de physique Chimie) y'aurait t-il beaucoup de calculs à faire en 2nd le mec s'excite pour rien et me dit" Tu crois que t'es au Cp!! ,ta crus que le
lycée c'était pour s'amuser,rêve pas trop déjà que tu sais même pas faire les choses de base!!"Tout sa pour la question que j'ai poser...Après vous les profs vous vous prenez pour des anges alors
que vous êtes là pour nous crier dessus !! vous n'êtes pas des victimes hein!!!!!!!



Courtois jerome 07/09/2011 17:14



Déjà au bout de deux jours ILS vous ont crié dessus. Ne généralisez vous pas un peu ? Vous faites peut être la même erreur que certains collégues. Ils ont un élève qui leur répond une bétise et
il s'exclament ILS ne savent rien. Il semble que vous souffrez beaucoup à l'ecole. Il faudrais trouver un moyen de sortir de la spirale de la haine. La généralisation n'est pas toujours bonne
conseillére. Comptez ceux qui crient dessus. Je sais bien qu'il y a des professeurs qui ne sont pas des anges mais il y en a aussi qui seront à votre mesure. Et puis...Essayez de vous retrouver
seul devant 30 personnes pas toujours captivés devant votre discours ? C'est difficile. L'autre solution c'est de faire de l'alternance ou de l'apprentissage. Au moins,on y voit trés peu de
professeur et on peut trouver du travail rapidement. Reflichissez y  car vous risquez de les subir encore 5 ans ou plus.



zelda 22/12/2010 22:20



Merci pour votre réponse argumentée et détaillée à mon commentaire pour le moins paresseux.


Je ne suis pas certaine du tout que votre approche (habituer les élèves à ne pas "finir" leur DS à tout prix, pour résumer grossièrement)  soit partagée par tous vos collègues, mais je sais
que je leur poserai la question à la prochaine rencontre parents/profs de mes collégiennes.


Si c'est le cas, aucun professeur ne leur a signalé que leur priorité devait être un devoir soigné et correct plutôt qu'un devoir fini à l'arrache (et j'ai même la preuve inverse : une anotation
"Il faut mieux gérer ton temps" sur un devoir de math aux 3/4 fait et noté 14/20... Au passage, j'aime ce genre d'injonction vague, qui doit beaucoup aider les enfants !)


Par contre mon autre fille a eu cette belle annotation sur un devoir d'allemand inachevé (et noté 18/20) : "Ce que tu as fait est parfait !". C'est sûr que ça motive plus...


Et vous disiez aussi :


 


"Cependant pour ceux qui arrivent à s'imposer cette méthode, c'est même parfois paradoxal parce qu'ils s'apercoivent qu'ils peuvent même avoir de trés bonne note sans se presser. En ayant un
objectif de 10 ils arrivent à 14 car ils font beaucoup moins d'erreurs parce qu'ils acceptent de faire des erreurs et donc corrigent leurs erreurs et deviennent plus sûr de ce qu'ils écrivent.
Ils sont moins inquiets, et donc font plus de choses bonnes et donc vont même plus loin que leur objectif initial"


Par contre, je trouve toute cette partie assez géniale (je parle toujours à mes enfants de la nécessité de se relire et de se corriger, mais _après_ avoir tout fini, ce qui n'est pas du tout la
même chose...), donc je propose à ma fille  de gérer son temps comme ça dès la rentrée. Et je vous tiens au courant ;-)


 


 



Courtois jerome 22/12/2010 23:41



Pour l'anecdote, quand j'étais au lycée, je faisais du théatre et la prof me disait toujours:"Si tu penses aller trop lentement, ralentis..." et ce n'est pas une coquille.


Si cela vous interesse, voici deux liens vers quelques conseils que je préconise à mes élèves:


Faites en moins mais faites le bien!


Conseils de travail



zelda 20/12/2010 21:56



La note moyenne ne donne pas une indication très précise sur le niveau de la jeune fille si, comme dans le collège de mes filles, il y a pas mal de "DM" (devoirs maison) donnés en math, car ils
sont censés justement relever la moyenne des élèves.


Et puis bon...  l'"objectif", ce n'est pas d'avoir, 13, c'est d'avoir 20, non ? Et je précise que je ne dis pas "avoir 20" dans le sens "avoir une très bonne note parce qu'il faut avoir une
très bonne note", mais dans le sens "avoir compris le cours, comprendre les consignes, savoir utiliser ses connaissances et gérer le temps imparti".


Plus haut, plus vite, plus fort et si ça ne nous tue pas, ça nous rend plus fort, non, mais ! ;-)



Courtois jerome 21/12/2010 22:34



Je vais surtout répondre à la phrase "l'objectif", ce n'est pas d'avoir, 13, c'est d'avoir 20, non ?".


Premiérement, je pense que c'est justement ce qui provoque de trés grande angoisse chez les élèves de collége. Peu d'élève approche cette note ultime. Cela voudrait presque dire qu'il n'ont rien
à découvrir, rien à corriger, rien à revoir. L'erreur n'a pas de valeur, il faut l'effacer. Or tout le monde fait des erreurs. Quelle angoisse si on ne peut pas en faire.


     Deuxièmement , c'est assurement une trés mauvaise approche pour la rentrée au lycée. Depuis que j'enseigne en classe de sixiéme, je comprends l'échec de certains élèves
en seconde. Les eleves sont obsédés par le besoin de finir un devoir sur table. Ils ne vérifient pas relisent peu mais écrivent beaucoup. Je me retrouve avec des copies énormes au contenu bourré
d'erreurs de calcul et de raisonnement. Je rends des copies notée autour de 7 à des élèves qui me répondent "Mais monsieur, j'ai tout fait ..."


 J'ai d'ailleurs eu un dialogue sur ce sujet avec une mére d'élève qui a une fille dans la sixiéme où j'enseigne. Elle ne comprenait pas que sa fille ne puisse finir ses devoirs sur table
qui d'ailleurs en était trés frustrée. Je lui explique que c'est normal. Mes devoirs ne peuvent pas être fini dans le temps imparti. Ils doivent faire correctement ce qu'il savent faire. Je les
prépare pour l'avenir et entre autre le lycée. Et toute étonnée cette mére me dit qu'elle commence à comprendre les difficultés de son autre fille en seconde alors que celle-ci travaille
d'arrache pied.


L'objectif est d'avoir disons plus que 11 sur 20 en sixiéme. Dans ce cas je considére que l'élève a atteint les objectifs que vous résumez assez bien: "avoir compris le cours, comprendre les
consignes, savoir utiliser ses connaissances et gérer le temps imparti". Et je pense que c'est le cas pour la plupart de mes collégues. Donc avoir 13 est assurément une bonne note.


Sur le dernier sujet que vous abordez


"Plus haut, plus vite, plus fort et si ça ne nous tue pas, ça nous rend plus fort, non, mais ! ;-)"


Je ne sais pas si vous étes serieuse, le "non, mais" final m'indiquerai que non, mais c'est bien le probleme de l'éducation française qui profite plus à une élite venant de milieux favorisés qu'à
la majorité.


Les enseignants ont une certaine tendance à favoriser la sélection au détriment de l'enseignement par la constante macabre, ce qui améne tout ce cortége d'angoisse au collége et d'échec au lycée.


Pour arriver à l'objectif moyen minimum, je leurs donne, avant le devoir, une liste d'exercices dont une partie notée sur 8 sera donnée texto en devoir. Ceux qui travaille correctement, font le
devoir sans paniquer, en se relisant et en vérifiant arrive donc à l'objectif assez facilement. Mes élèves de sixiéme ont trés vite compris le message. C'est beaucoup plus difficile pour mes
élèves de lycée.


Cependant pour ceux qui arrivent à s'imposer cette méthode, c'est même parfois paradoxal parce qu'ils s'apercoivent qu'ils peuvent même avoir de trés bonne note sans se presser. En ayant un
objectif de 10 ils arrivent à 14 car ils font beaucoup moins d'erreurs parce qu'ils acceptent de faire des erreurs et donc corrigent leurs erreurs et deviennent plus sûr de ce qu'ils écrivent.
Ils sont moins inquiets, et donc font plus de choses bonnes et donc vont même plus loin que leur objectif initial.


      Merci encore de votre commentaire.



Présentation

  • : le blog conseil-de-prof
  • : Conseils, trucs et astuces d'enseignant experimenté pour enseignant débutant
  • Contact

Un vieux professeur

Conseils, trucs et astuces pour professeurs débutants

  J'étais professeur de mathématiques dans un lycée qu'on appellerait un "Lycée Sensible". On y trouvait des problèmes de violence (finalement assez rare comparé à ce qui peut s'entendre), de niveau, de travail et d'absentéisme. Je suis maintenant dans un lycée "prestigieux" du centre de Paris. Booh, finalement les adolescents restent des adolescents.
    Je ne pense pas être un professeur excellent, j'ai choisi ce métier parce que j'aime les mathématiques, les élèves et les vacances. J'essaye de faire mon métier honnêtement. Je n'ai pas l'intention d'être un innovateur en matière de pédagogie, j'ai d'autres choses à faire.
    J'ai choisi de faire un petit inventaire des trucs qui m'ont permis de devenir un professeur convenable en lycée difficile. Je ne ferais pas de commentaires didactiques, ce n'est pas le propos. Je ne pense pas que mes propositions représentent un remède miracle. Elles peuvent ne pas convenir à d'autres. Parfois certains trucs conviennent à un moment et pas à un autre. Il faut les tester et les comprendre.
    
Je conseille avant tout chose une lecture qui m'a beaucoup aidé dans ma relation avec mes élèves: "L'art d'avoir toujours raison" de Schopenhauer. Je rends aussi honneur à Catherine Henri qui a écrit "De Marivaux et du loft", une collègue de français qui a une conception de l'enseignement qui ressemble beaucoup à la mienne.

Recherche