Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 21:50

 

« Qu’est ce qu’une table ? »

 

Non, pas une table de multiplication, le problème n’est pas là. Qu’est ce qu’une table ?  Une bête table, celle que vous avez dans votre salon. La question vous paraît idiote, essayez d’y répondre. Vous y arrivez, cela vous paraît facile, essayez avec autre chose, un mur, une chaise, un verre ou toutes sortes d’objets du quotidien. Il faut choisir des objets très simples.

 Le jeu est plus complexe qu’il n’y paraît, il faut décrire l’objet avec précision sans montrer l’objet, sans utiliser le mot « ça » ou « truc » et sans qu’il n’y ait de confusion avec d’autres objets. Le mieux c’est de le faire à deux. Celui qui pose la question peut remarquer les erreurs, les imprécisions et les contradictions ou chercher d’autres objets qui peuvent avoir la même définition que celle de l’interlocuteur. Evidemment, on peut le faire avec des enfants, si on se prend au jeu, vous remarquerez la grande profondeur de l’exercice. Vous pouvez aussi utiliser des objets moins anodins comme une télévision ou une voiture, mais là, la discussion peut s’éterniser. 

Vous commencerez à apprendre aux enfants à abstraire. Vous pouvez aller beaucoup plus loin. Un jour, ma fille m’a dit qu’une voiture n’est pas vivante. Je lui ai demandé pourquoi. Le dialogue a bien duré une demi-heure car il est très difficile de trouver une contradiction entre vivant et voiture.

Cependant il faut faire attention en posant ce genre de question à un enfant. Etes vous, vous-même très clair sur ce que sont ces objets ?

 

Pour intégrer la notion d’objet mathématique, il faut d’abord maîtriser une langue avec précision. Il faut savoir reconnaître une définition précise d’une définition insuffisante. Un élève qui maîtrise mal la géométrie est souvent un enfant qui maîtrise mal sa propre langue. Je conseille aux parents étrangers de parler leur langue maternelle avec leurs enfants. Il vaut mieux une langue maternelle bien maîtrisée qu’une langue d’adoption approximative.

 

Quand vous passez aux mathématiques, vous pouvez poser les questions comme 

Qu’est ce qu’un nombre ? Un carré ? Un triangle ? Un cercle ?

 

Essayez de me dire ce qu’est un point, vous risquez de vous engouffrez dans des méandres très approximatifs mais quelle belle préparation à l’abstraction.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Courtois - dans pedagogie
commenter cet article

commentaires

comment enseigner 15/10/2012 15:57


Votre astuce pour passer d'une chose concrète à une plus abstraite est ingénieuse, alors qu'on est sur le même mot ;)


 


C'est vrai que le défaut des profs de maths est de ne pas assez expliquer en termes concrets à leurs élèves, ce qui les démotive.

Courtois 16/10/2012 15:02



Méfions nous du mot "concret". Il n'explique pas toujours grand chose. Et vous faites une erreur fondamentale: une table n'est pas concrete, c'est la table que
vous possédez dans votre salon qui est concrete, et encore c'est quand vous l'avez devant vous


Ce qui les démotive est rarement le manque de concret mais la difficulté ou la peur du passage à la généralisation. Il m'est arrivé d'expliquer une notion avec des mots du "concret" puis 
d'expliquer avec du "mathématiques", exactement la même chose et certains élèves ne s'en étaient même pas rendu compte. Pourtant ils pouvaient dire qu'ils n'avaient pas compris alors qu'ils
avaient réussis sans le bagage mathématiques. Il faut que je fasse un article sur cet événement.



Présentation

  • : le blog conseil-de-prof
  • : Conseils, trucs et astuces d'enseignant experimenté pour enseignant débutant
  • Contact

Un vieux professeur

Conseils, trucs et astuces pour professeurs débutants

  J'étais professeur de mathématiques dans un lycée qu'on appellerait un "Lycée Sensible". On y trouvait des problèmes de violence (finalement assez rare comparé à ce qui peut s'entendre), de niveau, de travail et d'absentéisme. Je suis maintenant dans un lycée "prestigieux" du centre de Paris. Booh, finalement les adolescents restent des adolescents.
    Je ne pense pas être un professeur excellent, j'ai choisi ce métier parce que j'aime les mathématiques, les élèves et les vacances. J'essaye de faire mon métier honnêtement. Je n'ai pas l'intention d'être un innovateur en matière de pédagogie, j'ai d'autres choses à faire.
    J'ai choisi de faire un petit inventaire des trucs qui m'ont permis de devenir un professeur convenable en lycée difficile. Je ne ferais pas de commentaires didactiques, ce n'est pas le propos. Je ne pense pas que mes propositions représentent un remède miracle. Elles peuvent ne pas convenir à d'autres. Parfois certains trucs conviennent à un moment et pas à un autre. Il faut les tester et les comprendre.
    
Je conseille avant tout chose une lecture qui m'a beaucoup aidé dans ma relation avec mes élèves: "L'art d'avoir toujours raison" de Schopenhauer. Je rends aussi honneur à Catherine Henri qui a écrit "De Marivaux et du loft", une collègue de français qui a une conception de l'enseignement qui ressemble beaucoup à la mienne.

Recherche